La méthode ECR une norme internationale

L’Efficient Consumer Response (ECR), comprise en français comme la « Réponse Optimale au Consommateur », est une approche qui met en relation l’Industrie et le Commerce pour une rationalisation en temps réel de la chaîne de distribution. La coopération de ces deux partenaires a pour objectif général de proposer au consommateur, à la période la plus adéquate, un produit ayant le meilleur rapport qualité/prix tout en réduisant les coûts.

Histoire et principes de l’ECR

Les premières traces de l’application de l’ECR s’observent aux États-Unis au cours de l’année 1987 sous l’initiative de l’industriel Procter & Gamble et du distributeur Walmart qui cherchaient à développer le marché des produits d’entretien. Ce n’est cependant qu’en 1993 avec le Food Marketing Institute, qu’elle deviendra officiellement une démarche qui s’étendra mondialement. Dans le contexte actuel, celui de la globalisation des échanges, l’ECR a un objectif bipartite : le partage des informations en temps réel par le biais des technologies de l’information et communication et la limitation des ruptures de stocks et des pertes du chiffre d’affaires.

Principes et enjeux de l’ECR

L’ECR repose sur treize concepts reconnus mondialement et regroupés en quatre rubriques : la gestion de la demande, la gestion des approvisionnements, les technologies supports et les intégrateurs. Les outils utilisés pour l’opérationnalisation de cette démarche sont : les Commandes Assistées par Ordinateur (CAO), les échanges EDI-Internet intégrés, la gestion partagée des approvisionnements (GPA ou VMI), le cross docking, la gestion des coûts par activité (Activity Based Costing), la gestion par catégorie de produit (Category Management). L’ECR exige une précision méthodologique et une implication véritable des parties ; ses répercussions sont observables à moyens et long termes. Avec l’essor de l’e-commerce, de nouvelles perspectives s’ouvrent à la démarche ECR ; il ne s’agit plus d’adapter la chaîne d’approvisionnement au mode commerciale mais plutôt d’engendrer une e-chain qui soit en adéquation la distribution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *